Association Aidons les à grandir
Echos de Ouagadougou
Dernières Nouvelles


En date du 05 Juillet 2019, ou ont été réunis une trentaine d'adhérents d'Alag avec la présence HADAMA qui a présenté la situation du Centre d’accueil, du Centre de santé, de l’Hôtel l’Oiseau Bleu et Des Jardins de Kongoussi.




Le centre d’accueil
Cette année, le Centre compte 27 enfants, 5 enfants devant arrivés au Centre sont restés dans leur quartier d’origine car il n’y avait pas de place dans l’école à proximité du Centre. Ils vont rejoindre le Centre à la rentrée.
Tous les enfants sont logés, nourris et scolarisés. La fin de l’année scolaire sera le 15 juillet. Tous les résultats ne sont pas encore donnés sauf pour les CP (2 élèves) et les CM1 (5 élèves) qui vont tous les 7 passés en classe supérieure.
Il n’y a pas eu de problème de santé pour les enfants. Par contre, Tantie repart en août aux Etats-Unis pour contrôler son état de santé puis reviendra ensuite à OUAGA.
La propreté et le nettoyage de la cour sont moyens selon Hadama. Néanmoins, l’état général s’est quand même amélioré. 15 matelas, financés par ALAG, ont par ailleurs été acheté pour remplacer ceux usés dans le dortoir des filles.
Hadama nous fait part de la situation de certains anciens pensionnaires du centre d’accueil (que certains ont pu rencontrer) : policier, gendarme, coiffeuse (Colette), sage-femme (Constance), infirmier, entrepreneur en reprographie (patron d’une 30aine de salariés). Seuls 3 anciens pensionnaires de la Fondation n’ont pas de situation stable aujourd’hui.
Le mur d’enceinte du centre est à reconstruire entièrement. La façade (entrée principale dans la cour) a été refaite en début d’année et la largeur du portail diminuée. Le devis de l’entrepreneur étant trop élevé, Hadama a décidé de fabriquer lui-même les briques cet été (avec des amis) en achetant le sable et le ciment (ALAG en finance une partie).
Il y a 5 000 briques à réaliser !
Les sanitaires ont été repris lors du séjour de Marylise, Isabelle, Jean-Claude et Clément. Il reste cependant à remplacer les robinets dans les douches, Hadama souhaiterait les remplacer par des boutons poussoirs.
Des panneaux solaires vont être prochainement installés au Centre. En effet, Frédéric LEBERRE a donné des panneaux de récupération encore en bon état et 30 ont été chargés dans un Traffic (ancien corbillard acheté pour la famille d’HADAMA qui en assure le financement) en partance pour Paris qui sera ensuite transféré dans un bateau jusqu’à Lomé (Togo), qu’Hadama ira réceptionné pour le ramener à Ouaga. 15 panneaux seront pour le Centre, 10 pour l’hôtel et 5 pour la maison d’Hadama. Il semblerait que toutes les ampoules du Centre soient LED. Le devis de l’installation des panneaux est de 3,850 millions de FCFA (sans la fourniture). Ce coût étant important, un dossier de financement va être déposé auprès de l’association Talents et Partage de la Société Générale.
Hadama nous fait part de son souhait de changer les cuves du château d’eau. Il nous fournira un devis.
Le dispensaire et la maternité
Le personnel du dispensaire est le suivant : 4 infirmiers, 1 sage-femme, 1 pharmacienne en chef et 2 autres pharmaciennes. Il y a peu d’accouchements à la maternité et l’espace est réutilisé pour moitié pour l’accueil de malades au dispensaire, et une salle pour le planning familial (sensibilisation active des femmes à la contraception en particulier). Celui-ci fonctionne très bien, d’autant plus qu’il est piloté par le CMA (organisme gouvernemental).
L’incinérateur fonctionne très bien malgré l’absence des portes.

L’hôtel l’Oiseau Bleu

Le personnel de l’hôtel se compose comme suit :
2 réceptionnistes, 1 directrice, 1 caissière et le personnel de la société de nettoyage. Il n’y a plus de gardien car il n’y a quasiment plus de clients. En effet, il y a un problème avec le stationnement et l’accès à l’hôtel qui contraint les clients. Hadama serait prêt à vendre l’hôtel s’il peut trouver un acheteur qui lui en reconstruit un autre dans le centre-ville (chose qui se pratique).
Pour l’instant, il pense réaliser des travaux de forage sur le terrain pour amener de l’eau dans la cuve de la terrasse à l’étage afin de ne plus être dépendant du fournisseur public d’eau.

Les jardins de Kongoussi

Le maraîchage n’a pas bien donné cette année lié au problème de débit de la pompe. Le Centre n’a pu avoir que 2T d’oignons et quelques légumes + 100 000 FCFA issus de la vente de la 3ème part.
La nouvelle pompe étant arrivée en février, l’espoir d’un bien meilleur rendement pour la prochaine récolte est souhaité.
Le chef de Kongoussi est décédé (il avait 98 ans) fin mai et son fils (Amirou) est d’accord pour continuer à honorer l’engagement moral avec la FCD (aide et partage de la récolte).






Mise à jour le 28/07/2019 à 11h53.