Association Aidons les à grandir
Burkina voyages

Compte Rendu des voyages

Dans cette rubrique vous trouverez un écho de celles et ceux qui sont allés voir la réalité au Burkina Faso


Voyage au Burkina Faso en février 2011
Par Yoann Le Goc

Je fais parti des membres d'"Aidons les à grandir"
depuis quelques temps maintenant et voulant repartir vers l’Afrique,
je me suis tourné naturellement vers le Burkina Faso ou l'on vient
en aide à un centre d'accueil pour enfants démunis.

Le but de ce voyage est donc de venir à la rencontre de ces enfants
pour qui l'on travail, appréhender leur milieu et les difficultés
qu'ils rencontrent tous au long de leur vie.

Mais, c'est aussi l'occasion de découvrir ce pays beaucoup moins
touristique que ses voisins et pour ce faire, je me suis tourné
vers TDS, une autre association qui intervient au Burkina
et qui organise des voyages solidaires.

Jour 1

L'heure du départ à sonner, les copains d "aidons les à grandir"
m'ont investi d'une mission importante...




... ramener le maximum d'affaires pour les enfants du centre d'accueil.
C'est donc bien chargé que j'arrive à l'aéroport avec pas moins de 50 Kg de bagages en tout.

Jour 2

Arrivée à Ouagadougou tôt le lendemain matin, le chauffeur de
"l'auberge de l'oiseau bleu" nous attends à la sortie de l'aéroport.



Il nous y amène rapidement (5 min environ), une chambre nous ai mis
à disposition pour nous rafraichir, puis nous montons
sur la terrasse pour prendre notre petit déjeuner.



Nous y retrouvons le reste du groupe TDS et faisons connaissances
avec nos 10 compagnons de routes pour les 10 jours a venir.

Adama, le président de la fondation pour qui "aidons les à grandir" travail,
ne tarde pas à arriver pour nous souhaiter la bienvenue, j'en profite pour lui laisser
mes "excédents de bagages" que l'on ira distribuer au centre d'accueil
après notre excursion dans le sud du pays.

Le temps de faire un peu de change et voila notre guide TDS "Pascaline" qui nous rejoint.
On embarque donc dans notre carrosse, un peu petit et peu confortable mais comme on le dit souvent...
... c'est l'afrique.



Une journée de route nous attend, d'abord tranquille sur une route bitumé
mais qui se transforme rapidement en piste. A partir de là, il nous faut choisir
entre la chaleur qui s'accumule dans l'habitacle ou la poussière qui s'immisce partout.
Après quelques arrêts détentes et une pause déjeuner à Bobo Dioulasso,
nous arrivons en soirée à Banfora ou l'on y passera la nuit.



Jour 3

Ce matin, nous commençons la journée par une petite marche dans les pics de Sindou.
On prend de la hauteur rapidement afin de jouir de superbe paysages qui s'offre à nous.





Un peu plus haut, nous arrivons à de magnifiques cascades...







... ou l'on y plonge facilement afin de se rafraichir.



Ce site est impressionnant, je ne m'attendais pas à voir autant d'eau dans la région.


Nous reprenons la route pour rejoindre le village de Nianssogoni ou un déjeuner copieux nous attend.
Une petite sieste sous un arbre géant (ou dans un hamac de fortune)
s'impose avant d'aller visiter les maisons troglodytes.



Henri, notre guide nous raconte l'histoire de son village, les traditions ancestrales
et nous montre les diverses espèces végétales que l'on y rencontre.


(ici un Anacardier dont le fruit, la noix de cajou, n'est pas encore mure)

La ballade ne tarde pas à grimper rapidement pour atteindre les hauteurs
de la montagne la plus proche. La pente raide et la chaleur ne tarde pas à briser l'élan
des plus téméraires et la pause devient vite nécessaire.




Arrivé là haut, les maison troglodytes collées au pied de la falaise, se dévoilent.



Ancien village des Sénoufo aujourd'hui abandonnée (sauf une partie
qui sert pour les cérémonies) ce village abritait pas loin de 1000 individus.
Le soleil ne tarde pas rougeoyer, il est temps pour nous de redescendre.

..


Après le repas du soir, on prend nos quartiers de nuits dans des huttes
faites en terre séchés et au toit de paille.



Jour 4 et 5

Nous voilà parti pour une randonnée a travers la savane africaine qui nous mènera
de village en village, un circuit qui nous permettras d'approcher les villageois et leur mode de vie.

..


Les enfants fourmillent tout autour de nous, et éclatent de joie quand on leurs
montrent leur frimousses sur l’écran de nos appareils photos...



Tandis que les femmes et les enfants pilent le grain pour en faire de la farine,
les hommes sont aux fourneaux pour cuire le pain, tisse des nattes pour refaire
un toit ou fabrique des briques en terre séchées.





La plus part des enfants joue tranquillement entre eux
alors que les plus jeunes sont portés dans le dos de leur mères.




Tout au long de la journée, nous croisons des femmes qui reviennent du puits,
qui transportent du bois ou des aliments, portant leurs bassinent sur la tête...


..


On passe la nuit sous tente prés d'un village, ici aucun confort moderne,
on prend notre douche en pleine nature avec l'eau qu'on a tiré du puits, une expérience très sympathique.



Le soir, on est attiré par de la musique qui vient du centre du village,
on décide d'aller voir de plus près, et après avoir traversé une partie du village labyrinthique,
nous arrivons sur une petite place surchargée de poussières ou résonne les tam-tam
et autres xylophones en tous genres. Ici, les danses sont très rythmées et s'apparentent
plus à un affrontement amicale ou se côtoit les jeunes et les moins jeunes.



Le lendemain nous retournons vers le village de Nianssogoni en traversant d'autres villages.





Sur le chemin, nous croisons un jeune qui récolte du jus de palme l'occasion pour nous
de faire une pause et de gouter à ce breuvage quelques peu "exotique" et que les villageois
font fermentés pour obtenir du vin de palme dont c'est le boisson principale lors de fêtes.



Jour 6

Nous quittons le pays Sénofou pour rejoindre le village Doudou.
Une journée de transfert ou l'on mange encore plein de poussières...

Le matin, petite excursion dans les montagnes sacrées de Sindou, un lieu particulièrement
atypique par rapport au reste du pays... changement de décors!



Je vous laisse découvrir cet endroit avec les quelques photos suivantes...












Visite de la mosquée de Bobo Dioulasso et nuit à Boromo.



Jour 7 à 10
Séjour dans le village solidaire TDS au doux nom de DOUDOU


La plus part des commerces se situent sur le bord de la route

Arrivée dans le village Doudou dans la matinée, accueil par le chef du village et de l'équipe
qui s'occupera de nous durant ce séjour, guides, cuisinières...




Nous sommes logés dans des habitations construites spécialement pour nous... les touristes!



Logement minimaliste, pas de meubles ni de sièges, juste un matelas et une moustiquaire,
mais je m'attendais à dormir chez l'habitant, ou tout du moins dans leur village.
Ici, bien que tout proches du village, nous sommes dans un enclos fermé, à l'écart des villageois.
J'ai l'impression d'être dans un hôtel 4 étoiles!

Bref, notre séjour se déroule tranquillement, entre visite régulière au chef du village
et les diverses institutions tel que les écoles, le dispensaire, les jardins et l'église protestante avec sont prêcheur.





Le village de Doudou possède plusieurs écoles, de la "primaire" jusqu'au collège.
Rare sont les villages aussi bien fourni dans le village, plus de 95% des enfants sont scolarisés ici.



Lors de visite dans le village, nous avons l'occasion de nous essayer à la poterie
avec les techniques traditionnelles... fait mains!




Sans oublié la préparation du une pâte un peu visqueuse
et qui n'a pas de goût particulier. En tout cas, ca remplis l'estomac rapidement.




Ces 4 jours nous ont permis de découvrir le fonctionnement du village, les visites/discutions
avec le chef du village, la visite des écoles, du centre de soins, de l'église orthodoxes,
des marchés alentours, de la confections des poteries et des paniers, de l'entretien des jardins
qui possèdent tous un ou plusieurs puits ont été très instructif.



Merci à toute l'équipe du village Doudou pour leur accueil et leur disponibilité.

Jour 10

Nous reprenons la route pour revenir vers Ouagadougou ou l'on laissera
nos compagnons de route repartir vers la France. En attendant, nous
nous arrêtons près de Pô pour visiter la ferme aux crocodiles...




De retour à Ouagadougou, nous disons au revoir à Pascaline
et retrouvons Adama à l'auberge de l'oiseau bleu qui nous accompagne au centre d'accueil
ou l'on mange avec les enfants. Notre visite est brève, il fait nuit noire et les laissons
tranquillement s'endormir avant de reprendre la route de l'école le lendemain.



Jour 11 et 12

Réveil de bonne heure ce matin, un 4x4 nous attends à l'entrée de l'auberge...



... pour effectuer un safari dans la réserve de Nazinga. Il nous faudra 4 heures de route
plus ou moins en bon état pour atteindre Pô et le village de Tiebele, un très joli
petit village avec les murs des cases peint. A ne pas manquer.

..






Après une pose déjeuner, nous continuons notre route vers Nazinga sur une piste.
On atteint l'entrée de la réserve en une petite demi heure et après les formalités d'usage,
nous voila repartis pour une autre demi heure avant d'atteindre le camp de base.



En cour de route, nous faisons une pose prés d'un observatoire et là, surprise...



... les éléphants sont là! Magique.






Nous prenons le temps de les observer, d'autant plus qu'une deuxième horde nous bloque le passage.
Après une dizaine de minutes, les éléphants traverses la rivière sous nos yeux ébahis.
Après un petit moment, nous pouvons reprendre la route tranquillement.
On arrive finalement au campement de Nazinga dans le milieu de l’après midi.

A peine arrivé, que l'on repart pour un safari, cette fois un garde chasse
nous accompagne, on s'enfonce doucement dans la réserve...






Un safari rempli de faune en tout genre, bubales, cobs de buffon, cobs de roseaux, phacochères...
Nous avons même la chance de recroiser des éléphants.



Nous repartons pour un deuxième safari le lendemain, aux aurores, mais les animaux
ont décidés de faire la grasse matinée, seul le lever du soleil nous accompagne.



Jour 13

Pour notre dernier jour, nous profitons du samedi et donc de leur après midi de "liberté"
pour passer un moment avec les enfants du centre.




Le centre se situe dans un des quartiers pauvre de Ouagadougou
et gère aussi le dispensaire.



Ici, les enfants on de la place et sont en sécurité dans l'enceinte du centre.

..
..

Le centre est bien entretenu, propre et les enfants sont curieux de nous connaitre.
Nous ne tardons pas à créer des liens avec eux et jouons ensemble durant quelques heures.




Notre séjour au Burkina Faso prend fin, nous quittons les enfants et après un passage rapide
à l'auberge l'oiseau bleu pour nous rafraichir, nous prenons l'avion vers la France.

Merci à Adama pour ses conseils et son aide pour découvrir
une facette de son pays que l'on ne connait jamais assez.

Yoann




Mise à jour le 12/12/2014 à 16h24.